C'est notre histoire http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info Un blog utilisant WordPress Thu, 15 Jul 2010 06:43:18 +0000 en hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.0.4 Prix Patrimoine : le calvaire de Laquenexy inauguré http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/prix-patrimoine-le-calvaire-de-laquenexy-inaugure/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/prix-patrimoine-le-calvaire-de-laquenexy-inaugure/#comments Thu, 15 Jul 2010 06:42:19 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=342 C’est toujours un plaisir d’apprendre que nous servons à quelque chose.  Je viens de recevoir le bulletin municipal de Laquenexy , commune de Moselle que nous avons primée lors du dernier prix Patrimoine de Pèlerin, grâce à notre partenaire Notre-Dame de la Source, afin qu’elle puisse restaurer dignement un calvaire original, sculpté en 1907 par un talentueux enfant du pays, Emile Collin.
J’apprends donc, en feuilletant ce numéro du « P’tit cunésien » que c’est désormais chose faite. Le monument a été mis en valeur, érigé après travaux, sur la placette face à l’église, le 29 mai dernier. Bravo aux habitants à et à leur conseil municipal d’avoir sorti de l’oubli et de la dégradation cette oeuvre de qualité !
Le plus intéressant, ai-je trouvé, c’est que l’élégante grille en fer forgé qui souligne désormais le socle du monument a été offerte par un artisan de Laquenexy, Jean-Claude Losson, qui l’a forgée de ses mains.
Quelques pages plus loin, d’ailleurs, le journal propose un portrait de Michel, fils de Jean-Claude, qui a repris le flambeau de l’atelier familial et maintient à un haut niveau cette spécialité  lorraine du travail du fer.
Une belle illustration de ce que nous essayons de montrer avec nos lauréats « jeunes artisans » du Prix Patrimoine : les oeuvres d’art du passé s’inscrivent dans une tradition toujours actuelle!

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/prix-patrimoine-le-calvaire-de-laquenexy-inaugure/feed/ 6623
A la découverte des burons du Cantal… http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/a-la-decouverte-des-burons-du-cantal/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/a-la-decouverte-des-burons-du-cantal/#comments Mon, 12 Jul 2010 12:24:30 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=332 Un « buron »? Je dois avouer qu’avant de voir l’exposition conçue et réalisée par mon confrère Jacques Hamon, président de l’association « Cézallier, vallée de la Sianne« - , j’ignorais tout de ces austères maisons, solidement construites en pierre et destinées à abriter les bouviers pendant l’été…

Sur ces hauts paturages du massif du Cézallier, dans les monts du Cantal, situés entre 600 et 1500 mètres d’altitude, l’hiver était trop rude pour les paysans qui résidaient plus bas.  Du 20 mai au 20 octobre environ, les « buroniers »   montaient pour « l’estive » avec leurs troupeaux de vaches.  » Cette activité a commencé aux alentours  du XIV e siècle, après le défrichage des forêts, explique Jacques Hamon. Elle a connu sa plus grande heure de gloire entre 1850 et 1950. »

Les buroniers logent à trois ou quatre par maison et se concentrent essentiellement sur la fabrication des lourdes meules de fromage : cantal ou salers. Le travail est dur, entièrement manuel, ainsi que le montrent les nombreuses images anciennes présentant leurs différentes activités, rassemblées par l’association. Les nombreux documents, plans, photos et témoignages recueillis auprès des anciens, ont nourri ce très riche travail scientifique destiné à sauver la mémoire d’un monde disparu.

De ce fait, l’architecture des burons est très particulière : la fromagerie tient lieu de grande salle commune avec une cave attenante pour stocker les meules.  Les hommes dorment à l’étage ou à côté. Souvent, une « loge à cochons » complète le dispositif car le petit lait est un bon aliment pour les engraisser. Enfin, un « vélédat » ou étable à veaux, abrite les jeunes animaux.

Aujourd’hui, malgré un léger regain de la transhumance, les hommes ne séjournent plus dans les burons mais font les allers-retours en camion entre les paturages, la coopérative de fromage et leur demeure.

Quelques uns de ces bâtiments, situés pas trop loin des routes, ont pu être transformés en gîtes, mais la plupart, très isolés, tombent en ruine. Parfois, les lauzes de leur toît sont volées ou vendues, accélérant la destruction des murs de pierres, soumis à la pluie et à la neige.

Jacques Hamon, qui est aussi un membre actif de l’association des Journalistes du Patrimoine et qui fait partie cette année du jury du prix Patrimoine de Pèlerin, déplore la disparition de cette architecture, témoignage  important du travail des hommes dans ces montagnes et de toute l’histoire pastorale de la région.

« Estives et Burons », exposition présentée du 17 juillet au 20 août à la salle communale de Vèze (Cantal).

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/a-la-decouverte-des-burons-du-cantal/feed/ 6617
« La colère de Noé » retrouve sa place http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/la-colere-de-noe-retrouve-sa-place/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/la-colere-de-noe-retrouve-sa-place/#comments Tue, 06 Jul 2010 11:45:05 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=325 En 2007, Pèlerin avait accordé l’un de ses prix « Patrimoine pour demain » à un tableau exceptionnel, conservé dans l’abbatiale Saint-Férréol d’Essôme-sur-Marne, dans l’Aisne .
Or, depuis le 19 juin, « La Colère de Noé » restauré, est à nouveau accroché, avec son nouveau cadre, sur le mur, assaini, de l’église.

Après trois ans d’une importante restauration, menée sur place, cette toile de 16 m2 est désormais visible, tous les samedis et l’Association de sauvegarde de l’abbatiale organise des visites.
Propos doux à nos oreilles, à la rédaction : « Grâce à l’action de l’association et au Prix Pèlerin,  reconnait Marie-Josée Degrelle, conseillère municipale déléguée au patrimoine, il y a eu une vraie prise de conscience dans la commune, de la valeur de cette oeuvre. »
Sur place, un petit ouvrage qui vient d’être publié, présente ce tableau qui provient à l’origine d’un hôtel particulier parisien. 

La scène représente l’épisode biblique où Noé maudit son fils Cham qui s’est moqué de lui pendant son sommeil, après qu’il se soit enivré.
Aujourd’hui, à Essômes, grâce à une souscription lancée par la Fondation du Patrimoine, l’abbatiale est à nouveau en travaux afin de retrouver sa flèche de 22 mètres de haut, détruite pendant la guerre de 14-18.
Voilà une belle histoire de sauvetage qui donne envie de continuer !

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/la-colere-de-noe-retrouve-sa-place/feed/ 6615
De Gaulle, la littérature et le ridicule http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/de-gaulle-la-litterature-et-le-ridicule/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/de-gaulle-la-litterature-et-le-ridicule/#comments Wed, 09 Jun 2010 14:45:00 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=318 Mon confrère André Larané m’apprend par la petite enquête qu’il a mené, que la polémique qui fait rage dans les médias français sur la pertinence de la présence du tome III des « Mémoires de guerre » du général De Gaulle parmi les oeuvres proposées au programme du bac de français, a enflé artificiellement.Au départ, une obscure pétition a été lancée sur un petit site qui ne se présente pas clairement – les lettres volées - et dont on ne perçoit pas bien l’objectif. Et voilà que le quotidien Le Figaro l’a relayée, lui donnant une audience inattendue, en l’attribuant à tort à une initiative du SNES, le principal syndicat des enseignants du second degré. Les autres médias ont suivi et la polémique sur la réalité ou non des qualités littéraires de l’homme du 18 juin a envahi les ondes et les diners en ville.
Quel beau sujet ! Tout le monde peut y aller de son point de vue… Le genre de débat qu’adorent nos compatriotes et que nos amis étrangers observent avec un amusement mêlé d’admiration et d’une pointe de condescendance. Ils sont rassurés, la France reste la France !
Beaucoup de choses censées ont déjà été dites sur la présence de cet ouvrage dans le corpus de textes littéraires qu’auront à étudier nos enfants en section littéraire : que De Gaulle est incontestablement un écrivain - je me souviens qu’il raffole des propositions rythmées en trois temps; que si l’écrivain Roland Barthes lui déniait ce titre, il est intéressant d »en profiter pour ouvrir un débat avec les élèves sur ce qui fait qu’un texte est « littéraire » ou ne l’est pas; que la présence au programme de bien d’autres auteurs pourrait aussi être contestée; qu’il ne faut pas devenir paranoïaque et voir dans ce choix la main-mise d’un pouvoir gaulliste sur l’éducation…
Ce qui me frappe surtout, c’est que les professeurs de français qui s’insurgent semblent redouter par-dessus tout le mélange des genres et le lien entre les disciplines : « c’est de l’histoire, ce n’est pas de la littérature » insistent-ils. N’est-il pas possible d’échapper aux frontières des disciplines?  je rappelle que nos lycéens doivent désormais présenter en contrôle continu, pour le bac, une sorte de mini-maîtrise appelée de façon barbare TPE (je n’ai jamais pu retenir ce que cela voulait dire « littérairement ») dont le thème doit justement leur permettre de croiser les savoirs…
Pourquoi cette peur à sortir des cadres? A l’heure où l’on redécouvre, grâce à de nouvelles traductions, à quel point Churchill était un AUSSI un écrivain et pas seulement un homme qui a marqué l’histoire, ne devrions-nous pas revisiter les textes de De Gaulle sous les deux angles? Voilà une belle occasion de montrer aux élèves que les grands hommes ont plus d’une facette, qu’écrire bien n’empêche pas de gagner des guerres, que la plume soutient la pensée et l’action…
J’espère tout de même que l’immense majorité des professeurs de français, y compris ceux qui n’apprécient pas particulièrement le style peut-être un peu désuet du Général,  sauront utiliser habilement cette puèrile polémique pour travailler main dans la main avec leurs collègues historiens et convaincre les jeunes que la littérature ne nuit en rien aux destins nationaux.

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/de-gaulle-la-litterature-et-le-ridicule/feed/ 6610
Le futur musée d’histoire de France sans domicile fixe http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/le-futur-musee-dhistoire-de-france-sans-domicile-fixe/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/le-futur-musee-dhistoire-de-france-sans-domicile-fixe/#comments Tue, 25 May 2010 12:44:57 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=309 Cela faisait plusieurs mois que personne n’en parlait plus publiquement… Au point que certains ricanaient : le grand projet présidentiel de musée d’histoire de France n’allait-il pas finir aux oubliettes?Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a montré récemment qu’il n’en était rien. Le projet existe toujours,  sous la houlette de Jean-François Hébert, président du Château de Fontainebleau. Mais justement, a précisé sur Europe 1, le ministre, le 16 mai dernier « la maison d’histoire de France » (telle qu’on l’appelle aujourd’hui, c’est plus moderne), n’ira pas à Fontainebleau : trop lié à la « monarchie »  – comme si Napoléon n’y avait pas séjourné !

Le suspense est donc reparti pour un tour : Les Invalides? Le château de Vincennes? Les deux lieux ont la cote et selon l’historien Jean-Pierre Rioux qui avait été chargé, l’an dernier, d’un premier rapport sur cette localisation « il est évident que la philosophie de cette Maison de l’histoire de France sera différente selon les murs qui l’abriteront.  » Ainsi, les Invalides, musée d’histoire militaire imposeront sans doute une vision plus événementielle, plus traditionnelle que Vincennes. Mais on parle aussi de plus en plus de  l’Ile Seguin, en jachère, à Boulogne-Billancourt
Un outsider est en train de pointer son nez : l’hôtel de la Marine, place de la Concorde. Ce magnifique hôtel particulier, pendant de l’hôtel de Crillon, dessinés tous deux au XVIIIe siècle par l’architecte Gabriel (qui conçu aussi, entre autres, le Petit Trianon de Versailles).  Cet élégant et immense édifice vient d’être laissé vide par l’Etat major de la Marine, avec tout son décor et son mobilier d’époque !
Les rumeurs les plus folles courent sur son devenir : un palace clinquant? Un complexe de salons privés? Les associations de protection du patrimoine sont inquiètes.  Alors, pourquoi pas un musée d’histoire de France qui respecterait l’esprit des lieux?
Pour l’instant, on ignore même si ce projet toujours « sans domicile fixe » survivra finalement à la politique de rigueur budgétaire qui s’annonce. Frédéric Mitterrand semble penser que oui. Mais cela fait plus d’un an que la réflexion est lancée. Le Président pourrait trancher le 20 juin prochain.

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/le-futur-musee-dhistoire-de-france-sans-domicile-fixe/feed/ 6596
Mémoire et religion, à l’honneur, à Strasbourg http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/memoire-et-religion-a-lhonneur-a-strasbourg/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/memoire-et-religion-a-lhonneur-a-strasbourg/#comments Mon, 17 May 2010 16:42:56 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=301 La semaine dernière, j’ai eu le privilège de représenter Pèlerin aux premières « Rencontres des Mémoires », organisées à Strasbourg par les Amis du Mémorial Alsace-Moselle, la Délégation à la mémoire régionale et l’historien Jean-Pierre Rioux.


J’étais invitée à participer à une table ronde sur « l’avenir du patrimoine religieux », sujet cher à notre hebdomadaire qui depuis vingt ans récompense les initiatives locales dans ce domaine.  Il apparait, de façon assez évidente que cet avenir, fragilisé par la crise qui réduit les budgets de restauration et par la désaffection des lieux de culte, préoccupe pourtant les Français. Ceux-ci, croyants ou non, sont attachés à ces monuments qui marquent leur paysage et nourissent leur mémoire collective, donc leur identité.
Cette identité liée à la mémoire religieuse avait auparavant été explorée dans deux tables rondes : « Dieu va-t-en-guerre » et « L’Europe a-t-elle besoin de religion? »  Il était frappant de constater combien les intervenants – qui pour la plupart avaient une formation d’historiens- faisaient attention de distinguer l’histoire scientifique de la tradition religieuse - même si celle-ci peut à son tour devenir un objet d’histoire – et de la mémoire émotionnelle et identitaire qui peut surgir des mêmes événements.

Beaucoup de questions ont tourné, bien sûr, sur la transmission appaisée de l’histoire religieuse, sur la difficulté à surmonter l’ignorance et la méfiance tout en respectant la laïcité. Des débats de haut niveau, rafraîchissants, et qui montrent le chemin parcouru en la matière.

Pour en savoir plus, se reporter au site du CRDP de Strasbourg.

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/memoire-et-religion-a-lhonneur-a-strasbourg/feed/ 6618
Henri IV valait bien une expo au Louvre ! http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/henri-iv-valait-bien-une-expo-au-louvre/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/henri-iv-valait-bien-une-expo-au-louvre/#comments Wed, 05 May 2010 07:33:35 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=295 Ce 14 mai, jour de Commémoration nationale, rappellera l’anniversaire de l’assassinat d’Henri IV, l’une des figures les plus intéressantes, les plus complexes et les plus riches de notre fameuse identité nationale.

A cette occasion, Pèlerin, publie un dossier spécial qui sort en kiosque ce jeudi, dans un partenariat amical avec le site Hérodote.net.
Henri IV fut donc l’objet de bien des discussions entre André Larané, éditeur du site et moi-même, auteur du dossier. En réfléchissant ensemble au programme copieux des manifestations qui sont proposées dans le cadre de cette commémoration, nous nous sommes aperçus d’un manque étonnant et pourtant crucial : il n’y a pas d’exposition d’envergure « nationale » consacré à ce grand roi !

Certes, à Pau, à Paris et dans de nombreuses cités, colloques et expositions se multiplient sur l’une ou l’autre des facettes de son règne. Mais tout de même! Rien à Carnavalet, musée d’histoire de la ville de Paris, alors qu’Henri a rebâti et transformé cette cité ! Il lui a fait tourner le dos à l’architecture médiévale et de nombreux projets, comme celui de la place des Vosges, située à deux pas de ce musée, l’ont embellie.

Encore plus étonnant et triste : le Louvre n’offre presque rien. Si ! Une exposition est consacrée à  « Toussaint Dubreuil, peintre d’Henri IV »… Tout de même ! Mais lorsqu’on se rappelle de la magnifique exposition « Paris 1400″ consacrée à l’art à l’époque de Charles V, on s’interroge : pourquoi pas un « Paris 1600″? Henri IV en effet, fut aussi un grand ami des arts et un protecteur des artistes, rôle poursuivi par sa veuve, Marie de Médicis. Et comme sous Charles V, ce règne de mécène et de bâtisseur marqua l’architecture même du Louvre.

Rêvons un peu : les salles construites par et pour Henri et Marie, dans le palais même, auraient pu constituer un écrin formidable pour une telle présentation… Le Louvre possède même le cycle que le peintre Rubens a consacré à ces souverains – sur commande de Marie de Médicis – et bien d’autres chef d’oeuvres. Les remarquables grisailles florentines, peintes en hommage au roi par les meilleurs artistes de l’époque auraient peut-être pu aller à Paris après ou avant Pau et Florence…

Certainement, de multiples bonnes raisons  -une commémoration nationale décidée trop tardivement, en particulier- expliquent ce ratage. Mais il n’en demeure pas moins un ratage.

Et je ne peux m’empêcher de penser que ce manque reflète également une difficulté typique des musées français à concilier histoire et art dans leurs présentations au public.

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/henri-iv-valait-bien-une-expo-au-louvre/feed/ 1
La nouvelle géographie ou l’éveil des sens… http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/la-nouvelle-geographie-ou-leveil-des-sens/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/la-nouvelle-geographie-ou-leveil-des-sens/#comments Thu, 22 Apr 2010 16:01:33 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=291 « Un hymne à la vie », une « vocation révélée »…  Eudes Girard et Thomas Daum, les deux jeunes auteurs de « La Géographie n’est plus ce que vous Croyez » (éditions Codex) , n’y vont pas de main morte avec cette discipline dont ils ont entrepris de nous conter le renouveau et de chanter l’amour qu’ils lui portent.

La géographie est selon eux – selon moi aussi – un nouvel humanisme. En effet, quel intérêt y a-t-il à étudier la géomorphologie des synclinaux perchés ou à apprendre par coeur les noms des fleuves français, à dessiner la carte de l’Hexagone à main levée ( ma France à moi ressemblait à une grosse théière…) si ce n’est par rapport à l’homme, à ses activités, ses rêves, ses réseaux?
Donc, la géographie doit au final toujours nous parler de l’homme! Normal pour une science humaine, direz-vous. Mais cet objectif, nous rappellent les auteurs de ce manifeste plein d’humour, a été trop longtemps oublié.
La raison en est… historique! Et oui… on n’y échappe pas. Résumons : la science géographique a eu deux « pères » à la fin du XIX e siècle. L’un, Vidal de la Blache a réussi à poser les bases universitaires de cette science et à en vulgariser l’enseignement dans la France de la Belle Epoque, préoccupée de Ligne bleue des Vosges qui la sépare de l’Allemagne et de la revanche. Les enfants sont aussi bercés par le « Tour de France par deux enfants » de Bruno (1877) quant à la richesse et diversité de ses terroirs…

L’autre père fondateur, Elysée Reclus, auteur d’une « Nouvelle géographie universelle » (1875) en dix-neuf volumes mais ancien communard, va finir oublié. Ainsi, la géographie s’est élaborée et transmise comme une science naturelle d’observation de l’espace, selon les thèses de Vidal et non comme une science sociale et politique, selon le point de vue de Reclus !

Cette vision-là a été rectifiée depuis quelques années déjà et nos deux jeunes géographes s’en délectent. Il est seulement dommage que leur ouvrage, simple à lire et plein d’humour se présente trop comme un livre universitaire avec des têtes de chapîtres (numérotés!) qui font peur ( « la géographie : une réflexion post-déterministe? »), un découpage et une mise en page peu aisés à suivre.

Il faut passer outre  ces petits défauts et  découvrir cette profession dynamique  et même « sensuelle » nous promettent-ils!

« La géographie n’est plus ce que vous croyez… » par E. Girard et Th. Daum, éd. Codex,  190p. , 21€.

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/la-nouvelle-geographie-ou-leveil-des-sens/feed/ 6613
Représenter Dieu… en 5 leçons http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/representer-dieu-en-5-lecons/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/representer-dieu-en-5-lecons/#comments Wed, 21 Apr 2010 09:04:26 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=284 Belle idée ! Dans le cadre de la « Chaire du Louvre« , le musée donne la parole au grand spécialiste de l’art sacré, le dominicain François Boesflug, pour parler du « Dieu des peintres et des sculpteurs. L’Invisible incarné« . 

J’ai rencontré plusieurs fois François Boesflug lorsque je travaillais au Monde de la Bible, magazine d’histoire des religions pour lequel il a souvent écrit. Sa clarté d’esprit et sa capacité à rendre accesssibles des notions complexe m’ont toujours impressionnée. Spécialiste de la représentation de Dieu et en particulier de la Trinité dans l’art occidental médiéval, il est également passionnant lorsqu’il  parle du danger des images, de la question de la caricature de Dieu ou de l’iconoclasme.  Sujets, oh combien d’actualité !
Ce chercheur va donc intervenir cinq fois au mois de mai, dans l’auditorium du Louvre, sur ses thèmes de prédilection.  A ne pas manquer !
Rens. 01 40 20 53 17 ou sur le site du Louvre

Lundi 10 mai : « Dieu fait homme. De l’image interdite à celle d’un Dieu « humain, trop humain… »
Lundi 17 mai : « Le Fils unique dans le sein du Père. Quand Dieu délibère »
Jeudi 20 mai : « Il descendit du Ciel. L’épopée de l’Incarnation »
Jeudi 27 mai : « Emmanuel « Dieu parmi nous ». De l’abstraction théologique à la liberté artistique »
Lundi 31 mai : « Dieu de gloire. Donner à voir l’invisible »

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/representer-dieu-en-5-lecons/feed/ 1
Cinéma Le Grand Rex: un patrimoine bien vivant http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/cinema-le-grand-rex-un-patrimoine-bien-vivant/ http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/cinema-le-grand-rex-un-patrimoine-bien-vivant/#comments Wed, 31 Mar 2010 10:32:27 +0000 Sophie http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/?p=278 Grâce à l’Association des Journalistes du Patrimoine (AJP) dont je suis secrétaire générale,  un petit groupe de nos confrères a pu découvrir ou redécouvrir le cinéma Grand Rex, à Paris, dont la façade vient d’être rénovée.
Ce majestueux bâtiment Art-déco construit en 1932, dresse fièrement sa tour au-dessus des Grands Boulevards. Il fait partie intégrante du patrimoine parisien en tant que monument historique, témoin d’une architecture sobre à l’extérieure et délirante à l’intérieur, mais aussi en tant que lieu de mémoire du cinéma ! En effet, lors des avant-premières européennes, toutes les grandes stars d’Hollywood se sont succédé dans sa grande salle de 2800 places, au décor magnifiquement kitch, évoquant un Orient rêvé, mêlé de références antiques…
Ainsi, Gary Cooper, en 1957,y  a inauguré le premier escalator de cinéma, installé pour relier l’orchestre au balcon.  Et Liz Taylor est venue présenter « Cléopâtre » en 1963.
Et qui plus est : « ce monument historique est toujours un cinéma en activité ! » insiste le directeur de l’établissement Bruno Blanckaert. Le Rex, qui est toujours une entreprise familiale indépendante (autre curiosité!), possède aujourd’hui la plus grande salle d’Europe, ce qui n’était pas le cas à l’époque de son inauguration car Paris abritait alors de nombreux palais du 7e art, aux capacités d’accueil qui nous paraissent inouïes aujourd’hui…
Bien sûr, il a fallu s’adapter : la » féérie des eaux », spectacle aquatique lancé en 1954, n’est plus visible qu’en période de Noël, lors de la projection du dernier Walt Disney en version française…  Dommage pour les adultes récalcitrants comme moi, qui n’aiment ni les dessins animés, ni les doublages !
La « 1ère classe », qui se montrait en fourrure et bijoux au balcon et utilisait les services de nursery, de chenil, fournis par le Rex, a disparu. La grande salle, rarement remplie pour des séances de ciné spectaculaires, est désormais plus souvent utilisée pour des concerts…
Néanmoins, ce lieu magique fonctionne, se visite en matinée et propose également une attraction amusante et interactive autour de l’histoire du cinéma « les étoiles du Rex ».
Une belle histoire qui démontre que le patrimoine se protège d’autant mieux qu’il est utilisé et conserve tout son sens.

]]>
http://cestnotrehistoire.blog.pelerin.info/cinema-le-grand-rex-un-patrimoine-bien-vivant/feed/ 0