Louis XV à l’honneur pour Noël

France 2 diffuse pour la soirée du 25 décembre, un docu-fiction de qualité, « Louis XV, le soleil noir » consacré au règne de ce Bourbon mal connu (vous pourrez en lire la critique dans Pèlerin, à partir de jeudi).A cette occasion, j’ai lu la très dense biographie que Bernard Hours vient de consacrer à ce même roi.

« Louis XV, un portrait » (éd. Privat), comme son titre l’indique, procède par touches successives, évoquant d’abord « le corps du roi », puis ses relations au public, son éducation, ses amours, son art de gouverner… Cela peut dérouter et l’auteur, parfois, fait allusion à des polémiques religieuses ou à des intrigues politiques comme si nous savions parfaitement de quoi il s’agit.
J’avoue que j’aurais aimé qu’on me rappelle simplement l’affaire de l’expulsion des Jésuites ou les renversements d’alliances avec l’Angleterre ou l’Autriche avant de m’expliquer le rôle de Louis XV dans tout cela.

Autre bémol : si l’on cerne bien le détail passionnant de la vie du roi à Versailles et dans sa famille, sa vie privé, il reste paradoxalement un peu lointain, peu incarné. Certes, nous ne sommes pas dans le roman, mais Bernard Hours possède de grandes qualités d’écriture.
Est-ce alors parce que Louis XV, très distant avec tout le monde n’a laissé que peu de documents personnels permettant de l’approcher? Ou parce que l’auteur veut essentiellement cerner le rôle que le souverain voulait donner de lui-même?

C’est là en effet le meilleurs de l’ouvrage : Bernard Hours réhabilite Louis XV sans complaisance pour ses défauts. Bien sûr le roi eut un comportement libertin, des hésitations et des revirements politiques à contretemps. Mais il n’était pas écrasé par sa fonction et ne la fuyait pas – contrairement d’ailleurs à ce que laisse entendre le téléfilm. Bien au contraire. Se plaçant dans la continuité de son aïeul Louis XIV, il voulut incarner l’absolutisme, tenir la cour bridée et rester le maître y compris de sa conscience religieuse, face au clergé.

L’auteur démontre à quel point le roi était intransigeant sur la maîtrise de toutes les décisions. Sans voir cependant que les temps étaient en train de changer et qu’une autre attitude vis à vis de l’opinion publique aurait été nécessaire.

Au final, un livre exigeant mais original qui nous révèle la face cachée du « soleil noir ».

Louis XV, un portrait, par Bernard Hours, éd. Privat, 732 p. 27€.

16/12/2009

Comments are closed.