Patrimoine pour Demain : Remise des trophées

Les lauréats 2009 d'un Patrimoine pour demain. Photo : Vincent Pancol

Le 5 novembre, les lauréats de « Un patrimoine pour demain 2009 » ont reçu leur prix au cours d’une soirée organisée au château de Vincennes. Ce concours récompense ceux qui oeuvrent pour la sauvegarde de notre patrimoine culturel et religieux.

C’est par un hommage à Claude Lévi-Strauss qu’Arnaud Broustet, directeur de Pèlerin a accueilli, ce 5 novembre, le public venu assister à la remise des prix d’« Un patrimoine pour demain ». Il a rappelé que « l’immense ethnologue » nous invitait à penser la diversité des cultures sans hiérarchie. Aussi, « Le patrimoine enraciné au cœur de nos régions, les traces fragiles des racines chrétiennes de notre culture doivent bénéficier de tous les soutiens. »

Pour cette 19 e édition du concours, douze lauréats se sont partagés 53 000 € de dotation de Pèlerin et de ses partenaires : la Fondation de France, l’Association des plus beaux villages de France, qui nous ont rejoint cette année ;  l’Association Notre-Dame de la Source, le Jour du Seigneur, Le Monde de la Bible, fidèles depuis plusieurs éditions.

Les prix ont été remis dans le cadre étonnant de la Sainte-Chapelle royale du château de Vincennes, grâce à la générosité de la Direction des Monuments Nationaux. Malgré une température de mois de novembre – qui, en coulisses, a fait méditer les historiens présents : « comment faisaient-ils donc au Moyen Age pour résister au froid, lorsqu’ils assistaient aux offices ? » -  tous les présents ont tenu bon et admiré la hauteur vertigineuse des voûtes gothiques flamboyantes, les grandes verrières, la pierre blonde tout juste nettoyée. Car la Sainte-Chapelle a rouvert  ses portes en mai dernier après une longue restauration.

Neuf lauréats, représentant diverses régions françaises, sont venus présenter le monument ou l’œuvre qu’ils défendent, souvent dans un combat de longue haleine: un couvent en Corse, tout juste sauvé de la ruine, une bannière de procession dans l’Orne dont les broderies ont besoin d’une minutieuse restauration, un calvaire oublié, en Moselle…

L’éclectisme et l’originalité des dossiers reflétaient bien l’esprit du concours. Tandis que Philippe Bonnet, professeur d’histoire du Patrimoine à l’université de Bretagne-Sud et président du jury éclairait le public sur l’intérêt historique et patrimonial des oeuvres, les lauréats renchérissaient avec émotion : « L’annonce de ce prix a véritablement stimulé les habitants de Lauzun » a raconté Marie-René Lachèze, qui a porté à bout de bras le projet de restauration de l’exceptionnel retable de l’église Saint-Etienne.

« Quand je regarde les visages des saints peints sur les lambris du chœur de mon église, leurs traits ronds ou secs, si réalistes, je me dis que le peintre a croqué les trognes des paroissiens et que j’ai sous les yeux, un instantané du village du XVIe siècle ! » s’est exclamée à son tour, Françoise Lecaplain du Bourg Saint-Léonard, dans l’Orne.

Trois autres lauréats ont été récompensés pour leur profession qui rime avec passion: Caroline Garcia-Martinez va utiliser son prix du « Jeune artisan » à mieux équiper son atelier de restauration de peinture, tandis que Cédric Vercoutter a reçu une mention spéciale « patrimoine et environnement » pour son activité d’ « éco-constructeur », favorisant les produits naturels et les méthodes à l’ancienne dans le bâtiment. Enfin, William Grand  a fait sensation dans la catégorie « Patrimoine et environnement » en plongeant l’assistance dans une petite visite virtuelle de monuments issus de son site la « France en images… à 360° » !

L’an prochain, Pèlerin fêtera les 20 ans du concours. Et une question, déjà, taraude la rédaction : comment renchérir sur une aussi bonne « cuvée »?

Sophie Laurant

06/11/2009

Comments are closed.