La nouvelle géographie ou l’éveil des sens…

« Un hymne à la vie », une « vocation révélée »…  Eudes Girard et Thomas Daum, les deux jeunes auteurs de « La Géographie n’est plus ce que vous Croyez » (éditions Codex) , n’y vont pas de main morte avec cette discipline dont ils ont entrepris de nous conter le renouveau et de chanter l’amour qu’ils lui portent.

La géographie est selon eux – selon moi aussi – un nouvel humanisme. En effet, quel intérêt y a-t-il à étudier la géomorphologie des synclinaux perchés ou à apprendre par coeur les noms des fleuves français, à dessiner la carte de l’Hexagone à main levée ( ma France à moi ressemblait à une grosse théière…) si ce n’est par rapport à l’homme, à ses activités, ses rêves, ses réseaux?
Donc, la géographie doit au final toujours nous parler de l’homme! Normal pour une science humaine, direz-vous. Mais cet objectif, nous rappellent les auteurs de ce manifeste plein d’humour, a été trop longtemps oublié.
La raison en est… historique! Et oui… on n’y échappe pas. Résumons : la science géographique a eu deux « pères » à la fin du XIX e siècle. L’un, Vidal de la Blache a réussi à poser les bases universitaires de cette science et à en vulgariser l’enseignement dans la France de la Belle Epoque, préoccupée de Ligne bleue des Vosges qui la sépare de l’Allemagne et de la revanche. Les enfants sont aussi bercés par le « Tour de France par deux enfants » de Bruno (1877) quant à la richesse et diversité de ses terroirs…

L’autre père fondateur, Elysée Reclus, auteur d’une « Nouvelle géographie universelle » (1875) en dix-neuf volumes mais ancien communard, va finir oublié. Ainsi, la géographie s’est élaborée et transmise comme une science naturelle d’observation de l’espace, selon les thèses de Vidal et non comme une science sociale et politique, selon le point de vue de Reclus !

Cette vision-là a été rectifiée depuis quelques années déjà et nos deux jeunes géographes s’en délectent. Il est seulement dommage que leur ouvrage, simple à lire et plein d’humour se présente trop comme un livre universitaire avec des têtes de chapîtres (numérotés!) qui font peur ( « la géographie : une réflexion post-déterministe? »), un découpage et une mise en page peu aisés à suivre.

Il faut passer outre  ces petits défauts et  découvrir cette profession dynamique  et même « sensuelle » nous promettent-ils!

« La géographie n’est plus ce que vous croyez… » par E. Girard et Th. Daum, éd. Codex,  190p. , 21€.

22/04/2010

Comments are closed.